fbpx

Capitaux propres : Définition et calcul

gestion entreprise fonds propres cashtrack

Le capital social d’une société représente les apports des actionnaires ainsi que les résultats non conduits de cette entreprise. Les fonds en question peuvent donc provenir de différents investisseurs, prédisposés d’ailleurs à financer diverses activités. Ils sont ensuite utilisés pour faciliter l’endettement ou le versement de dividendes. Cependant, le capital social reste et demeure un indicateur pertinent pour maintenir la santé financière d’une structure. Désirez-vous savoir ce à quoi il sert et comment vous pouvez procéder à son calcul ? Voici tout ce qu’il y a à retenir à propos des capitaux propres !

Comment se définissent des capitaux propres ?

Les capitaux propres sont les ressources financières d’une entreprise. Aussi appelés fonds propres, ils sont définis à travers les actifs d’une entreprise moins ses passifs. Ils sont calculés au moment de la comptabilité. Ainsi, ils pourront être augmentés par les actionnaires, si ceux-ci choisissent de retenir les bénéfices plutôt que de les redistribuer en dividendes. Le calcul des capitaux propres est l’une des méthodes les plus importantes dans l’évaluation de la valeur d’une société.

À quoi servent les capitaux propres ?

Comme le ratio de levier, le capital est un bon indicateur de la structure financière et de la santé d’une société. Il limite aussi le risque de faillite. Autrement dit, avoir plus de capital que vos dettes constitue une sécurité supplémentaire pour vos créanciers actuels et à venir. Le capital est par définition un fonds permanent, c’est-à-dire qu’il est toujours à la disposition du gestionnaire. Il assure la solvabilité et au fur et à mesure qu’il est plus élevé, les risques de faillite sont diminués.

En dehors de ce premier intérêt, l’autre avantage des capitaux propres a rapport avec le sérieux et le développement d’image de marque qu’ils confèrent à une entreprise. Ces atouts convainquent très facilement les groupes cibles tels que les clients et prospects, les fournisseurs, les banques et les créanciers. Après tout, l’équation boursière est très appréciée des investisseurs.

Aussi, au moment de la levée de fonds, une entreprise qui possède des capitaux propres peut émettre des obligations par le biais d’un prêt ou d’obligations, ou encore par le biais d’actions lors de la vente d’actions.

À partir de cet instant, la personne ou l’entreprise qui investit peut déjà calculer les résultats des capitaux propres d’une structure pour s’assurer qu’il peut y injecter son argent.

De quoi sont-ils composés ?

D’un point de vue comptable, les capitaux propres se décomposent généralement en plusieurs éléments : capital social, réserves, report à nouveau, résultat de l’exercice, subventions sur investissement et provisions réglementées.

Le capital social

Le capital social est déterminé notamment par le montant des sommes versées lors de la constitution de la société ou en cas d’augmentation de capital. Les partenaires ou actionnaires sont généralement les financiers. Selon la forme juridique de la société, le capital social est constitué de titres (actions ou participations). Il comprend trois types de contributions, à savoir les contributions en espèces, les contributions en nature et les contributions de l’industrie.

Les réserves

Les réserves de revenus non distribuées font partie intégrante des capitaux propres. Comme leur nom l’indique, les réserves sont destinées à atténuer les problèmes d’exploitation ou de trésorerie et ainsi servir de filet de sécurité. Il existe 3 types de réserves que sont les réserves légales, les réserves facultatives et les réserves statutaires.

Le report à nouveau

Le report à nouveau, qui est également inclus dans les capitaux propres, comprend la part des bénéfices de l’entreprise qui n’est ni distribuée, ni mise de côté. Il sert à anticiper une baisse et/ou une perte d’activité lors des exercices à venir. Ainsi, les actionnaires peuvent reporter leur décision d’affectation des bénéfices à une assemblée générale.

Les primes d’émission et d’apport

Les primes d’émission et d’apport concordent avec l’excédent du coût d’émission des nouvelles actions sur la valeur nominale. Elles font aussi référence aux parts sociales affectées au contribuable dans le cadre d’une opération de fusion-acquisition. On évoque les primes d’émission lorsqu’il s’agit de primes de dépôt pour les autres types de sociétés.

Le résultat de l’exercice comptable

Pour obtenir le résultat d’une comptabilité, il est nécessaire d’éliminer les dépenses de ses revenus. Un résultat d’exploitation est composé des produits d’exploitation, des produits financiers et des produits exceptionnels.

Les subventions d’investissement

Plusieurs organismes publics ou privés accordent en France des aides à l’investissement aux entreprises, même parfois sans obligation de se faire rembourser. Ces subventions sont une impulsion pour une société à répondre à ses besoins de financement par ses investissements. Elles permettent l’achat de nouveaux équipements, par exemple la location ou l’expansion des activités à l’international.

Les provisions réglementées

Mises en œuvre par la réglementation fiscale, les provisions réglementées répondent à une aide en espèces exonérée d’impôt. Ces dernières sont réglementées pour la hausse des prix, relativement à l’amortissement dérogatoire.

Comment calculer les capitaux propres ?

Le calcul des capitaux propres est généralement effectué au moment de la comptabilité. Pour déterminer le montant, il vous suffira d’ajouter toutes les composantes des capitaux propres et de soustraire les dettes de l’entreprise.

Fonds propres : Stratégies de calcul

Les stratégies de calcul servent à évaluer la valeur de capitaux propres.

Vous devez procéder comme il suit pour effectuer un calcul : capitaux propres = somme de capital social, des réserves, du report à nouveau, du résultat de l’exercice fiscal, des primes d’émission, des dépôts + somme de l’excédent annuel, des subventions et des provisions réglementées. Le résultat obtenu est à soustraire des dettes.

Plus simple, retenez la formule suivante : capitaux propres = fonds de commerce – passif des entreprises

Même le calcul des capitaux propres moyens d’une entreprise peut être pertinent, car leur valeur peut fluctuer d’une année à l’autre. Pour calculer les capitaux propres moyens, définissez d’abord les années de capitaux propres que vous désirez inclure dans le calcul. Puis sommez-les et divisez-les par le même nombre d’années.

L’interprétation des capitaux propres

Si vous êtes propriétaire d’une entreprise, il est important de vérifier régulièrement la santé financière de votre structure. Une évaluation rapide de votre capital vous situera très précisément sur ce point. En termes simples, plus le capital est élevé, plus l’entreprise aura de la valeur. Dans le sens inverse, plus le capital est faible et plus la valeur de votre entreprise sera faible.

Aussi, il vous sera plus facile d’utiliser l’équation des capitaux propres pour estimer la valeur comptable de l’entreprise. Sans compter qu’en cas de liquidation, les capitaux propres représentent le montant total que les actionnaires doivent théoriquement recevoir. Il est donc nécessaire que vous vous appuyiez sur d’autres méthodes de calcul pour interpréter convenablement la valeur de l’entreprise.

Vous souhaitez poursuivre votre lecture ? Ces articles peuvent vous intéresser

Tout sur le financement participatif

Compte courant d’associé, intérêts et rémunération

Comment choisir le statut juridique de son entreprise ?

 Inscrivez-vous à notre newsletter et ne manquez aucun article