fbpx

Crowdfunding : Tout sur le financement participatif

Le crowdfunding ou financement participatif, c’est la mise en relation entre investisseurs et projets au travers d’une plateforme internet. Des investissements qui peuvent revêtir plusieurs formes : dons, prêts avec ou sans intérêts ou investissements en capital. Qu’importe ! L’objectif du crowdfunding, c’est de réunir des fonds sous forme de plus ou moins petits montants et auprès d’un large public.

Vous vous intéressez aux moyens de financements pour votre entreprise et vous souhaitez en savoir un maximum avant de prendre une décision ? Consultez notre article dédié à ce sujet.

Définition du Crowdfunding

Le financement participatif (crowdfunding) a donc pour objectif de collecter les apports financiers de particuliers en nombre via une plateforme Internet. Notez qu’il existe des plateformes dédiées à des secteurs d’activité : Immobilier, agricole, culture et musique.. Mais il existe aussi des plateformes généralistes. Je suis sûre que si je vous parle de Ulule ou encore KissKissBankBank, ces noms vous parlent, au moins un peu !

Cette collecte doit servir à financer un projet et attention, ce type de financement fait l’objet d’une réglementation bien spécifique depuis 2014. Nous vous invitons à vous renseigner ici et ici pour bien préparer votre sujet.

Lors d’une opération de crowdfunding, deux parties sont donc mises en relation :

• Le porteur du projet, qui ne possède pas les fonds nécessaires pour mettre en œuvre le projet en question

• L’investisseur intéressé qui croit en ce projet et qui va décider de placer une somme d’argent

Les porteurs de projet qui souhaitent réunir des fonds pour une initiative personnelle ou professionnelle peuvent être des particuliers, des entreprises, ou encore des associations. Sachez que le plafond de collecte sur les plateformes de financement participatif est fixé à 2,5 millions d’euros, pas mal non ?

Comment se déroule une opération de crowdfunding ?

Dans un premier temps, l’investisseurs se connecte à l’une des plateformes de crowdfunding. Le rôle de ces plateformes consiste à sélectionner des projets selon un certain nombre de critères.

Si ces plateformes de financement participatif vous assurent et vous certifient la véracité des informations fournies par le porteur du projet, elles ne garantissent pas son succès pour autant. Eh oui, pas de boule de cristal, il faudra faire sans. Vous vous en doutez, comme tout investissement, le crowdfunding peut provoquer un risque de perte du capital investi ou des fonds prêtés. Prudence et évaluation avant tout investissement !

Avant d’investir, nous vous conseillons :

  • de vous renseigner sur les modalités de rachat ou de sortie de votre investissement
  • d’être bien certain que les fonds collectés seront bien alloués au projet sélectionné et pas ailleurs

Différentes plateformes de financement participatif

Notez qu’il existe deux grands types de plateformes de financement participatif :

• Les plateformes de financement participatif par souscription de titres financiers émis par une société non cotée : Ah oui, c’est un peu long comme nom, on vous l’accorde. Cela signifie que en contrepartie de leurs apports, les investisseurs reçoivent des titres de capital ou de créance. Ces plateformes doivent être immatriculée à l’ORIAS (registre unique des intermédiaires financiers) en tant que conseiller en investissement participatif (CIP). Sinon, ces plateformes peuvent aussi choisir un statut de prestataire en services d’investissement (PSI) et dans ce cas, elles doivent être agréées par l’ACPR (Autorité de contrôle prudentiel et de résolution).

• Les plateformes de dons ou de prêts avec ou sans intérêts : Ces plateformes doivent être immatriculées à l’ORIAS en tant qu’intermédiaires en financement participatif (IFP).

Les trois types de financement participatif

Crowdfunding : Le prêt 

L’argent avancé par l’investisseur lui est remboursé avec ou sans intérêts, selon un échéancier qui sera fixé lors du prêt. Sachez que les prêteurs peuvent avancer 2000 euros si le prêt est rémunéré et 5000 euros si le prêt n’est pas rémunéré ! Une règle en vigueur depuis 2016.

En cas d’échec du projet, l’investisseur évidemment encourt un risque de perte.

Crowdfunding : L’investissement 

La personne qui épargne va cautionner un projet et, en retour, elle va recevoir des titres financiers. Actions, obligations à taux, convertibles, les possibilités sont nombreuses mais le plus connu de ces titres financiers participatifs est le « minibon ».

Le minibon est un bon de caisse nominatif. Ce bon peut être souscrit par des entreprises, des particuliers et certains acteurs institutionnels. Il donne le droit de récupérer une somme convenue à une échéance déterminée, en contrepartie des fonds prêtés. Il est non négociable et d’une durée maximale de 5 ans, Côté fiscalité, parce que c’est toujours intéressant, les particuliers peuvent déduire les pertes en capital des minibons des intérêts futurs dans la limite de 8000 euros par an.

Crowdfunding : Le don 

L’investisseur (au grand cœur) choisit de soutenir un projet qui lui plaît et donne de l’argent, sans attendre aucune contrepartie financière. En revanche, il est courant (dans les projets de type culturel généralement) d’obtenir en échange une contrepartie en nature comme un billet gratuit, une gratification symbolique, un stuff ou un titre exclusif dans un jeu vidéo etc. ; on parle alors de récompense, et ça fait toujours plaisir !

Dans une campagne qui appelle aux dons, vous pourrez retrouver les récompenses proposées et déblocables par paliers directement dans la description du projet.

 Inscrivez-vous à notre newsletter et ne manquez aucun article