fbpx

Gestion des stocks pour les commerçants

La gestion des stocks, c’est un peu the impératif qui, une fois optimisé, offre bien des avantages. Cet impératif concerne tant bien les commerces physiques que les e-commerces, alors imaginez les commerçants disposant à la fois d’un commerce physique et en ligne ?

Un stock, ça représente un coût pour votre entreprise, on parle de valeur immobilisée. Trop de stocks ? Coûteux et inutile. Trop peu de stocks ? Vous ne pouvez pas répondre à la demande de vos clients et dans leur petit cœur, vous perdez inévitablement des points.

Peu importe votre modèle économique ou votre secteur d’activité, si vous êtes commerçant, la pérennité de votre affaire repose en grande partie sur la gestion de vos stocks. Quand celle-ci est bien gérée, pour vous, c’est la fin des ruptures, l’optimisation des coûts de stockage et une réactivité au top face aux commandes de votre clientèle (parce que oui, la qualité de service à la clientèle, ça compte et vous le savez bien).

Une fois n’est pas coutume, nous abordons un sujet d’importance entre gestion de trésorerie et gestion de votre entreprise. Voyons ensemble quelques axes à ne pas louper pour une optimisation de votre gestion des stocks, suivi d’un brin de méthodologie. C’est parti !

La bonne gestion des stocks : 3 points pour bien démarrer

• L’espace de stockage

Forcément, on commence par la base et la base de la gestion des stocks, vous l’avez deviné, c’est l’espace où ils sont entreposés ! L’organisation de votre espace de stockage se doit d’être efficace. Il va falloir réfléchir à créer un système d’organisation, systématique, logique et ordonné. Les commerçants ont la mauvaise habitude de tout miser sur leur espace boutique, quitte à négliger les stocks. Prenez du temps pour préparer ou revoir l’agencement de votre remise ou de votre arrière-boutique.

Les avantages ? Hop, pas de perte de temps, vous trouvez aussitôt ce que vous cherchez. Vous utilisez l’espace de façon optimale et la qualité de conservation de vos articles est maximisée. Livraison en cours ? Vous ne faites pas stationner les camions au loin durant votre temps de rangement trop long et vous ne jetez pas des articles endommagés par votre manque de rigueur !

L’investissement dans des rangements performants sera vite rentabilisé, c’est une promesse qu’on peut vous faire. Alors, elles sont comment vos étagères ?

Autre point important qui va de pair avec votre espace de stockage : L’étiquetage ! En effet, le marquage de vos stocks est d’autant plus important si vous ne travaillez pas seul dans votre commerce. Un étiquetage précis et détaillé allié à des habitudes de rangements et quelques éléments de signalétiques, voilà qui devrait servir votre bonne gestion des stocks.

• Un processus documenté pour une bonne gestion des stocks

Les stocks, c’est finalement un peu comme votre trésorerie, il faut suivre son évolution avec minutie pour éviter les mauvaises surprises. Pour suivre cette évolution, il est nécessaire de définir un processus documenté pour enregistrer tous les mouvements d’entrées et de sorties. Aussi, actez les instructions en cas de situations particulières comme une rupture de stock ou une dégradation des articles.

Ce processus documenté peut très bien être numérisé. Et oui, comme pour tout, compliqué aujourd’hui de se passer d’un outil digital pour une gestion optimale. Choisissez vos outils avec soin, il faut que celui-ci réponde précisément à votre besoin. Il existe des outils des stocks très performants mais destinés du gros stock façon entrepôts, renseignez-vous attentivement avant d’opter pour un logiciel, même un logiciel en SaaS.

• Un stock limité au maximum

Dans l’objectif de réduire autant que possible les coûts, la réduction des stocks de votre affaire est une quête permanente. Trouver le bon équilibre, le juste milieu entre le trop et le pas assez, c’est possible. Pour ça, une bonne méthodologie est de mise pour gérer les commandes et les délais de livraison. Pour des produits périssables ou encombrants, le challenge est d’autant plus ardu !

Quelle méthode pour ma gestion des stock ?

Certains favorisent une gestion des stocks qui dépend des entrées, d’autres se concentreront davantage sur les sorties, certaines entreprises choisiront quant à elles d’externaliser leur gestion des stocks… Il n’y a pas de mauvaise décision, tant que votre choix se porte une stratégie adaptée à votre besoin, votre activité.

Les méthodes de gestion de stock concentrées sur les sorties

• La méthode FIFO

First in First Out, ou, « premier entré premier sorti ». Vous l’avez compris, ici on tient compte de la chronologie des entrées produit et on pioche dans le stock les articles les plus anciens, jusqu’aux plus récents. Une méthode particulièrement adaptée pour les denrées périssables.

• La méthode FEFO

First Expired First Out, ou « premier expiré, premier sorti ». Très similaire à la méthode du dessus, seulement là on se focus sur la DLC (date limite de consommation).

• La méthode LIFO

Last in First Out, ou, « dernier entré premier sorti ». C’est simplement le contraire de la méthode FIFO, ce sont les derniers produits reçus que l’on fait sortir en premier. Une méthode qui ne convient évidemment pas à des produits qui possèdent une date de consommation mais qui peut être une manière de faciliter la tâche des opérationnels et d’optimiser leur temps.

Les méthodes de gestion de stock concentrées sur les entrées

• Le réapprovisionnement calendaire

Une commande automatisée à une date définie, souvent mise en place avec votre fournisseur. Une méthode pratique, mais peu agile ! Veillez à l’ajuster encore et toujours si vous ne voulez pas finir en sur-stockage sur un produit qui se serait un peu moins bien vendu qu’à l’accoutumée ou, à l’inverse, en manque de stocks sur votre collection de tasses Harry Potter après la sortie du second film des animaux fantastiques.

• Le réapprovisionnement à la commande

Vous êtes rigoureux et vous avec une idée très précise de votre marché, le réapprovisionnement à la commande est peut-être fait pour vous ! Au moins c’est certain, pas de sur-stockage ni de stocks inutiles en sommeil. En revanche, pas toujours évident d’anticiper les pics d’activité qui peuvent aboutir sur de la rupture de stocks.

• Prévision de la demande

Là, ça demande un petit peu d’analyse. Avec cette méthode, vous choisissez de mettre en place un stock minium, puis de gérer votre approvisionnement en vous basant sur une étude du marché et des tendances. Cette méthode exige l’anticipation du volume des ventes prévisionnelles.

• Méthode Kanban

Vous avez toujours un stock minimum de fixé mais ce coup-ci, il va falloir jouer sur une excellente coordination avec votre fournisseur ! Avec la méthode Kanban, le réapprovisionnement se fait progressivement en fonction du volume de commandes. Il s’agit donc de produire un produit lorsqu’il est demandé, et dans la quantité souhaitée. Une méthode introduite par Toyota dans les années 50.

• Le « recomplètement » des stocks

Vous avez défini un « seuil maximum » des stocks et tant que ce seuil n’est pas atteint, vous complétez automatiquement vos stocks.

• La méthode du point de commande

Vous avez défini un « seuil minimum » des stocks et dès que ce seuil est atteint, vous réapprovisionnez automatiquement vos stocks. Oui, c’est la petite soeur de la méthode du dessus !

• JAT ou, la méthode juste-à-temps

Ici, aucun stock minimum et les achats se font en fonction de la demande. Côté stockage là, vous imaginez bien qu’il n’y a plus de surplus mais en revanche, en cas de demande forte, vous pouvez vous retrouver limité. Une méthode d’autant plus risquée par les temps qui courent, où les fournisseurs peut-être ne pourront pas effectuer leur livraison lorsque vous en aurez besoin.

La gestion des stocks externalisée

Pour conclure, un mot sur la méthode type dropshipping que l’on retrouve principalement chez les e-commerçants, mais qui peut aussi être employée par un grossiste. Avec cette méthode, vous choisissez de confier à vos fournisseurs la livraison des commandes à votre clientèle. Plus de gestion des stocks, plus de logistique ! Le fabriquant peut même directement recevoir les commandes de vos clients. Un sujet qui mériterait peut-être un article à part entière alors, on reviendra dessus !

 Inscrivez-vous à notre newsletter et ne manquez aucun article